Chroniques arcadiennes

Des images, des nouvelles brèves sur l'évolution du jeu, et plein d'autres choses avant la sortie officielle!

Avatar de l’utilisateur
Solaris
Explorateur
Messages : 9
Enregistré le : mar. oct. 30, 2012 7:02 pm

Chroniques arcadiennes

Messagepar Solaris » lun. avr. 07, 2014 11:23 am

Je ne sais pas si vous comprendrez tout, parce que par écrit, ce n'est pas évident de tout transmettre. Mais je vous mets ici les comptes-rendus de ma campagne.

AMI – CHRONIQUES ARCADIENNES I
« Sweet Home »

Pour l'histoire...
A la base, je souhaite équilibrer la surface et l'inframonde. La campagne se jouera donc aussi en surface, qui à mon sens, est tout aussi importante. Et rebondir sur des inspirations tels Jules Verne (Tour du Monde, 20000 Lieux, voyage centre de la Terre...) ou Doyle (Holmes...) pour que l'Inframonde devienne un but, et non un début.
L'idée était de faire une introduction dans un esprit victorien fantastique, avec un clin d'oeil aux récits d'épouvante dans les Carpates. Pas de vampire ou autres... mais le but était de faire douter. J'ai donc utiliser un trompe-l'oeil pour justifier le déplacement dans les Carpates, en me servant d'un héritage, avec à la clef, la découverte d'un aspect de la vie du Comte Ashton WOODWARD méconnu et surtout, la récupération d'un objet particulier pour la suite de l'aventure...

LES JOUEURS
- Vicomte Reginald WOODWARD de Woodstock, érudit, veuf d’Emma ROBINSON.
- son fils cadet, Abraham WOODWARD, chasseur de trésors
- sa fille benjamine, Kate WOORDWARD, guide
- leur majordome Archibald COLLINWORTH
- manque le détective, absent à cette première séance

MEMBRES DE LA FAMILLE ET APPARENTÉS
- Comte Ashton WOODWARD de Woodstock veuf de Madeleine BOUVIER et père de Reginald WOODWARD.
- Baron Hugh WOODWAR, fils ainé du vicomte, marié à Janet HOPKINS, et leurs deux enfants : Oliver (5ans) et Madeleine (3 ans).
- Elisabeth LIPTON, épouse d’Abraham WOODWARD.

SECONDS RÔLES Directement dans le scénario
- Igor, valet du comte Ashton WOODWARD au manoir de Lăzarea, Roumanie.
- Maître Octav DURANI, notaire chargé de la succession du manoir.
- Chistina et Petru, couple de paysan amis du comte.
- Clément LAFARGE et Firmin LECHAMPS, inspecteurs de Police en France.
- Et, par ordre d’apparition, le guide russe, le cocher, le grand loup, les chauves-souris et les araignées.

LES AVENTURES
VENDREDI 23 MARS 1888
Anniversaire d’Oliver WOODWARD pour ses 5 ans, fêté en famille au domaine de Woodstock.
Peu après le départ du vicomte, sa femme et ses enfants pour leur domicile londonien, un hôtel particulier, M. COLLINTON transmet un pli tout juste arrivé de Roumanie.
Les nouvelles ne sont pas bonnes, le comte Ashton WOODWARD vient de décéder en Egypte et le vicomte Reginald WOODWARD est invité à se rendre dans les Carpates, dans le royaume de Roumanie, afin d’hériter du manoir de Lăzarea. Le rendez-vous est pour le Jeudi 26 avril 1888 à midi, au manoir de Lăzarea.
La décision est prise, le vicomte se rendra bien en Roumanie, accompagné de ses deux enfants, Abraham et Kate, et de leur fidèle majordome, COLLINWORTH.

MERCREDI 25 AVRIL 1888
Arrivés de la famille WOODWARD au village de Morèsti, où un guide à l’accent russe les informe de ne pas quitter le sentier par lequel une voiture avec cocher les conduira jusqu’au manoir de Lăzarea.
Après une escale de quelques instants au bourg de Lăzarea, les WOODWARD arrivent devant le château à la tombée de la nuit. Un grand loup gris cendré aux yeux bleu profond est assis devant l’entrée et semble attendre, en les regardant. Après quelques instants, il finit par se lever et s’enfonce dans la forêt.
Le cocher décharge les malles puis quitte le château avec la voiture, visiblement soulagé de pouvoir partir.
Le manoir est une construction romane, avec des ajouts gothiques, telles des gargouilles ou des vitraux aux fenêtres, sans aucune serrure aux portes.
Un étrange valet accueille les visiteurs, de façon glaciale, d’un sourire révélant une dentition en dents de scie métallique, et se présentant sous le nom d’Igor, valet de feu le Comte de WOODWARD.
La famille découvre un château non habité, avec tout le mobilier nécessaire protégé par des draps poussiéreux. Quelques chauve-souris et araignées peuplent la bâtisse.
Le repas, préparé par Igor, sera constitué d’une soupe des Carpates, d’un vin fruité du pays, et conclu par une tisane d’orties.

JEUDI 26 AVRIL 1888
Au petit matin, le réveil est plus tardif que d’habitude mais la nuit est réparatrice d’un long voyage.
Cependant, les affaires de la famille ont été fouillées mais seuls leurs miroirs personnels ont disparu. D’ailleurs, après réflexion, il est remarqué qu’aucun miroir n’est présent dans la demeure.
Par ailleurs, Kate constate qu’une chauve-souris dort sous son baldaquin. Au petit matin, elle a la trace de deux petites blessures au cou, semblables à une petite morsure ou deux piqûres d’insectes.
Igor, qui assurait dormir dans l’ancienne réserve attenante à la cuisine, n’est plus présent dans le manoir. D’ailleurs le peu de nourriture de la veille a disparu. Seules les ressources de COLLINWORTH permettront d’assurer un semblant de petit-déjeuner.
A midi, Maître Octav DURANI est au manoir. Il fait signer les différents papiers de succession, le manoir est officiellement au vicomte. Il apprendra à la famille que le reste des biens, excepté les possessions anglaises qui reviennent de fait au vicomte, ont été léguées à la Fondation Arcadia, sans plus de précisions.
Durant cette journée, la famille fouille les lieux et finit par découvrir une vieille petite caverne non loin du manoir, perdue dans la forêt. Cela ressemble à une ancienne prospection minière. Le loup rencontré à l’arrivée traîne toujours dans les parages, mais sans agressivité. Des traces de fers à cheval sont également découvertes.
Nouvelle nuit au château après décision de départ au lendemain matin.

VENDREDI 27 AVRIL 1888
Avant le matin, Abraham et COLLINWORTH fouille le manoir. Alors qu’un reflet métallique semble venir de la réserve, ce dernier découvre un passage secret, et la famille, une fois réveillée au complet, se rendra compte qu’un vieux passage secret relie la réserve à la vieille grotte dans la forêt.
Avec le jour, la famille explore de nouveau le souterrain et découvre au sol un loup noir (masque) oublié sur le sol.
La famille pense que le « decorum » est fait pour les inciter à partir. D’ailleurs, le retour est confirmé pour Londres, le vicomte et son majordome réussissant à convaincre un paysan de Lăzarea de les conduire avec sa charrette.
Dans le bourg de Lăzarea, et malgré la barrière de la langue, la famille échange avec le paysan qui leur explique que le comte était accessible, peu fier et très courtois avec les paysans. Il les invite d’ailleurs à rencontrer sa femme, Christina, à qui le comte a appris l’anglais.
Christina leur confirme les dires de son mari en précisant que le comte ne venait plus les voir les derniers temps, pour les protéger. Elle explique également qu’elle avait consigne, lors de la venue attendue du vicomte, qu’elle devait leur tirer les cartes. Chaque membre de la famille, ainsi que leur majordome, se verra tirer les cartes d’un tarot divinatoire russe (fait en roleplay avec le vrai tarot russe).
Christina remet enfin un disque blanc aux reflets irisés, avec le motif d’un soleil égyptien au vicomte, transmis par son père.
La famille repart pour Londres.

LUNDI 21 MAI 1888
Dans le train peu après Lyon, France, dans la nuit, le vicomte est agressé dans sa cabine couchette par Igor qui lui demande « la clef, le disque ». Il finit par s’enfuir sans l’obtenir, la famille le poursuivant. Après quelques échanges, il rentre dans une cabine et saute par la fenêtre, devant son occupante médusée. Un des serviteurs de la compagnie ferroviaire y aura laissé la vie, mordu à la jugulaire par Igor.

MARDI 22 MAI 1888
Dans le train, l’inspecteur Clément LAFARGE et son coéquipier, le portraitiste Firmin LECHAMPS, prennent les témoignages. Le voyage se poursuit.

DIMANCHE 27 MAI 1888
La famille finit par rentrer en Angleterre, et retrouve son domaine de Woodstock.

Avatar de l’utilisateur
Solaris
Explorateur
Messages : 9
Enregistré le : mar. oct. 30, 2012 7:02 pm

Re: Chroniques arcadiennes

Messagepar Solaris » lun. avr. 07, 2014 10:45 pm

AMI – CHRONIQUES ARCADIENNES II
« Le Caire »

PROTAGONISTES
- Comte Reginald WOODWARD de Woodstock, érudit, veuf d’Emma ROBINSON.
- son fils cadet, Abraham WOODWARD, chasseur de trésors.
- sa fille benjamine, Kate WOORDWARD, guide.
- son neveu, Jefferson WOODWARD, détective.
- son neveu par alliance, le lieutenant John MAXWELL de l’armée britannique.
- leur majordome Archibald COLLINWORTH.

MEMBRES DE LA FAMILLE ET APPARENTÉS
- Comte Ashton WOODWARD de Woodstock veuf de Madeleine BOUVIER et père de Reginald WOODWARD, décédé au Caire, Égypte.
- Vicomte Hugh WOODWARD, fils ainé du Comte, marié à Janet HOPKINS, et leurs deux enfants : Oliver (5ans) et Madeleine (3 ans).
- Elisabeth LIPTON, épouse d’Abraham WOODWARD, enceinte de 7 mois, des jumeaux.
- William WOODWARD, frère du Vicomte Reginald WOODWARD, marié à Adelaïde MAXWELL et tante du lieutenant John MAXWELL et père de Jefferson WOODWARD. Industriel pétrolier anglais vivant aux Texas, USA.

SECONDS RÔLES
- Igor, ennemi récurrent à la « célèbre » dentition métallique.
- Clément LAFARGE et Firmin LECHAMPS, inspecteurs de Police à Lyon, France.
- Sidhi, contact de la fondation Arcadia au Caire, Égypte.
- Aïssa, égyptien dissimulé sous un niqab, dans la médina du Caire, Égypte.
- Et, par ordre d’apparition, un vieil antiquaire, un faux comte de Lăzarea, un agent de l’intelligence britannique, un inspecteur de Scotland Yard, une jolie voyageuse brune, différents habitants du Caire, le personnel et la clientèle du Continental au Caire, Égypte, des assaillants tout de noir vêtus, et les volailles trop nombreuses pour être nommées, d’une volaillère égyptienne…

LES AVENTURES
LUNDI 28 MAI 1888
Abraham WOODWARD découvre dans la vitrine d’un antiquaire du vieux Londres un sceptre égyptien de la même matière et avec le même symbole que le « disque » ramené de Lăzarea, Roumanie. Ce sceptre est en excellent état et sa datation est improbable, même si son vieil âge est confirmé. Vendu £1000 et mis de côté pour 24h en attendant une décision d’achat éventuelle.
Au domaine de Woodstock, visite du Comte de Lăzarea qui tente de négocier la récupération du disque, sous motif de servir les intérêts de l’Empire britannique et de sauver le monde. Refus du comte de Woodstock qui demande à rencontrer l’Intelligence britannique pour vérifier ces dires, et confier éventuellement ce disque.
Arrivée du Lieutenant John MAXWELL au domaine de Woodstock, envoyé par le Comte Ashton WOODWARD pour demander la venue imminente de son fils au Caire, à la suite d’une très grande découverte.
Décision du comte Reginald WOODWARD de partir pour le Caire le lendemain, accompagné de son fils cadet Abraham WOODWARD, sa fille benjamine Kate WOORDWARD, son neveu par alliance, John MAXWELL et son fidèle majordome Archibald COLLINWORTH.
Départ pour Londres chez le Vicomte Hugh WOODWARD afin d’y être logés en attendant le départ pour le Caire.
A Londres :
- Visite à l’Intelligence britannique.
Le Comte WOODWARD apprend que les services de sa Majesté n’ont aucune affaire en cours envers la famille WOODWARD. Le comte de Lăzarea serait donc belle et bien un imposteur. L’agent, M. SMITH, remet sa carte au comte pour garder contact si besoin et être tenu informé.
- Chez le vicomte WOODWARD
Le majordome du vicomte donne le nom d’un contact local au Caire, Égypte, au majordome COLLINWORTH : Aïssa, une femme travaillant dans une petite taverne en bordure de la Medina, avec adresse du lieu.
- Retour chez l’antiquaire.
Celui-ci est découvert, mordu mortellement à la jugulaire par une puissante mâchoire. Le sceptre a disparu de la vitrine, rien d’autre ne manque dans la boutique. Appelé par un membre de la famille WOODWARD, la police intervient. L’inspecteur LANNISTER est chargé de l’enquête, innocente d’office la famille WOODWARD.
- Le soir, visite à la Fondation Arcadia.
Le Comte HOFFMAN reçoit la famille WOODWARD. Il leur apprend que feu le Comte Ashton WOODWARD serait bien mort Égypte et que ses possessions hors d’Angleterre ont bien été légués à la Fondation. Ce dernier était membre de la fondation Arcadia et connu pour ses nombreuses aventures par-delà le monde. Après un petit test sur une fausse demande de fonds pour une opération humanitaire au Kenya que le comte WOODWARD accepte, le comte HOFFMAN explique l’existence d’un monde intérieur. Il explique également que la fondation dispose d’un réseau mondial. Le comte WOODWARD lui montre le disque. D'ailleurs, il reconnaît Archibald COLLINWORTH pour avoir combattu ensemble aux Indes.
Le comte HOFFMAN explique alors que le comte Ashton WOODWARD devait avoir fait une grande découverte et qu’il faut savoir quoi : accès au monde intérieur, ruines, peuple perdu… ? Il se propose de devenir le parrain de la famille WOODWARD à la fondation et leur donne sa chevalière aux armes de la fondation pour leur servir de passe-droit partout où la fondation est présente.

MARDI 29 MAI 1888
Départ pour le Caire, Égypte. Bateau entre l’Angleterre et la France, train de Calais à Marseille pour traverser la France, puis bateau de Marseille, France au Caire, Égypte.

VOYAGE EN TRAIN
Une mystérieuse femme brune refait son apparition, sans pour autant être identifiée précisément par COLLINWORTH et Abraham WOODWARD.
Un employé attaque de front la famille en demandant « la clef ». Il s’agit du cocher rencontré en Roumanie. Un membre de la compagnie ferroviaire est découvert mort dans le wagon de réserve de marchandise et les affaires de la famille WOODWARD fouillées. Avant Paris, France, le train s’arrête et la police enquête. Le comte WOODWARD demande à rencontrer les inspecteurs lyonnais LAFARGE et LECHAMPS à Lyon. Le train repart.
A Lyon, les deux inspecteurs lyonnais monte dans le train et veillent sur le voyage qui sera sans incident jusqu’à Marseille.

SAMEDI 2 JUIN 1888
Les inspecteurs lyonnais quittent Marseille France, après une fausse alerte sur un suspect potentiel sur le port. Embarquement pour l’Afrique de la famille WOODWARD.
Igor est à bord et nargue la famille WOODWARD. C’est lui qui poinçonne les tickets d’embarquement, et qui utilisera ses dents pour le ticket d’Abraham WOODWARD.
A bord, à lieu un colloque de détectives regroupant une vingtaine de participants venus de toute l’Europe et au-delà. Y participe également le détective Jefferson WOODWARD qui retrouve ainsi la famille WOODWARD à bord.

TRAVERSÉE MARSEILLE, FRANCE-LE CAIRE, ÉGYPTE
Les chambres de la famille WOODWARD sont toutes fouillées au fil de la traversée.
La cabine de John MAXWELL est fouillée mais surtout, il y découvre un cadavre d’un membre d’équipage sous son lit puis est mis aux arrêts dans une nouvelle cabine, le temps de l’enquête. Le détective Jefferson WOODWARD est demandé par le commandant de bord pour enquêter. En visite auprès de John MAXWELL, il découvre que le membre d’équipage censé garder la cabine de John MAXWELL n’est autre que l’homme aux dents métalliques. Abraham WOODWARD le découvre et tire sur l’homme qui, blessé, plonge directement dans la Méditerranée. Le détective remarque que le corps du membre d’équipage est mordu à la jugulaire et que seul un homme fort a pu tranquillement déplacer le corps, qui a été selon ses excellentes déductions, attrapé non pas dans la cabine mais sur le pont attenant. John MAXWELL est donc innocenté.
COLLINWORTH repère dans les cuisines une femme brune à l’accent français qui lui rappelle celle aperçues dans les deux voyages en train (retour de Roumanie puis voyage pour Marseille, France). Il l’approche mais n’apprendra rien d’elle. Il profite pour aller visiter sa cabine et y découvre une femme d’origine scandinave dormant dans le lit, ce n’est donc pas la cabine de la femme brune.
Le reste du trajet se déroule sans encombre.

MARDI 5 JUIN 1888
La famille WOODWARD prend possession de ses chambres à l’Hôtel Continental du Caire, Égypte. Un pli manuscrit est transmis au comte WOODWARD :
« Rendez-vous à la volaillère, au sud de la ville ».
Après observation, le pli sent le citron : à la flamme de bougie, le logo de la fondation Arcadia apparait par transparence.
Une partie de la famille visite le quartier européen pour des achats divers.
COLINWORTH va à la rencontre de son contact Aïssa au bord de la médina. Il découvre qu’Aïssa est en fait un homme caché sous un niqab et lui apprend que feu le comte Ashton WOODWARD était en expédition sur un mastaba à l’Ouest des pyramides de Gizeh et que le comte disposait d’un appartement au Caire, en lui donnant l’adresse.
A la volaillère, la famille au complet rencontre Brandon BLUEBERRY, le propriétaire qui accepte que son employé Sidhi reçoit de la visite. Ce dernier propose à la famille un départ en toute discrétion en passant par les sous-sols du Caire, le soir-même à minuit.
Le soir, la famille en profite pour se reposer en attendant l’heure du rendez-vous.
Abraham WOODWARD, resté dans le patio de l’hôtel se rend compte que des hommes en noir à sabre courbe descendre du toit dans la cour intérieur à l’aide de corde pour s’arrêter à l’étage des chambres.
Après une lutte entre sabres et armes à feu, Abraham WOODWARD, désormais au 1er étage, découvre que l’un des assaillants en noir est en fait l’homme aux dents métalliques. Les balles ricochent sur lui, dans une résonnance de métal.
Le personnel et la clientèle se réveillent effrayés, le combat fait rage. Alors que l’on entend l’armée coloniale britannique pénétrer dans l’hôtel, l’homme aux dents métalliques jette Abraham WOODWARD par-dessus la rambarde dans la cour intérieure...

Suite début mai... 2014 !

lio
Explorateur
Messages : 4
Enregistré le : lun. déc. 16, 2013 11:34 am

Re: Chroniques arcadiennes

Messagepar lio » mar. août 12, 2014 4:06 pm

Sympa, alors cette suite? :p


Retourner vers « Gentlemen and special Ladies only »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité